A venir…

30 08 2015

Du 01 au 09 octobre 2016

Veradias et André Goezu à la «Maison de l’Europe» à Menton.

Vernissage le 02 octobre 2016





Femmes libres

17 09 2013

Femmes libres
La réalisation de la toile en vidéo c’est ici : https://www.youtube.com/watch?v=Yn0et0nJeq8

« Femmes Libres », Acrylique sur toile, 200×500





Blog also available in english/Blog ook in nederlands

2 12 2012

https://artveradias.wordpress.com/english/

https://artveradias.wordpress.com/nederlands/

 





Biographie

16 04 2011

Ce diaporama nécessite JavaScript.

VERADIAS

VERADIAS vit et travaille à Paris.

Après un enseignement artistique durant les années collège et lycée à Arlon, entre la Belgique et le Grand Duché de Luxembourg, VERADIAS entre à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles. Quatre années qui seront récompensées par le prix LANGBEN. Elle fréquente dans le même temps l’Université Libre de Bruxelles, ou elle complète sa formation en histoire de l’art, et l’école d’architecture Saint-Luc où elle fréquente les ateliers d’architecture d’intérieur.

Forte de ces différentes formations VERADIAS se met à créer puis à exposer, à se professionnaliser…

Travail sur le corps, sur la sensualité, sur le mouvement,…un fabuleux cocktail, un partage entre amateur et artiste, une rêverie sereine et délicate qui exprime toute la féminité et le talent de VERADIAS.

Récompensée à plusieurs reprises lors d’expositions et concours, VERADIAS est membre associée de l’Académie des Beaux-Arts de Saint-Louis et officier de l’Académie Européenne Arts-Lettres-Philosophie.

Elle expose en France mais également en Belgique, en Suisse et au Grand Duché du Luxembourg, au Portugal et au Japon.

Le corps et le mouvement

Le point de départ est donné lorsque le modèle jusque là immobile, prend possession et évolue dans l’espace qui l’entoure. Il est dans l’action, il choisi les temps qu’il joue, oscillant entre lenteur, langueur ou au contraire rythmique plus soutenue.

Le modèle pris de cette nouvelle dynamique laisse sa place à un autre thème. Cette phase de prise de conscience du changement de sujet est déroutante. Comment représenter la trajectoire d’un corps humain ?

Une nouvelle impulsion est donnée. Le moment est venu de trouver des solutions. L’œil qui jusqu’ici scrutait le moindre détail, doit dès à présent synthétiser ce qui se déroule devant lui. C’est également trouver l’équilibre de cette suite d’images. Capturer ce qui s’offre à lui dans le seul but de rendre lisible aussi bien le mouvement que les sentiments, les sensations éveillées.

Que devient cette formidable architecture qu’est le corps humain en mouvement ? Si l’on décompose d’une certaine manière le corps, c’est bien évidemment un ensemble de points. Ces mêmes points en mouvement deviennent des lignes, en leur donnant du mouvement elles sont à leur tour des plans.

Les travaux présentés sont autant de propositions d’une étude sur le rythme et sur le mouvement. Ici les corps superposés sur une toile figent un mouvement que l’on peut reconstituer à loisir.

Une histoire qui passionne l’artiste depuis plusieurs années et qui n’est pas finie d’être écrite. Pour son grand plaisir et pour celui du spectateur…